De la nécessité d'avoir (au moins) un side project

Sur un plan professionnel, les derniers mois n'ont pas été évidents. La frustration de ne pas trouver un autre travail, ainsi qu'une démotivation certaine au boulot, ont bien failli m'enfermer définitivement dans un cercle vicieux.

Les journées, dans ce genre de situation, sont longues. J'avais absolument besoin de m'aérer l'esprit. Certains se réfugient dans le sport ; je n'y trouve aucun plaisir, même si je viens de m'y remettre pour éviter de ressembler au bibendum de Michelin.

Je me suis donc tourné vers deux de mes passions : la littérature et les jeux vidéo. J'ai commencé par la seconde ; en juin, j'ai rejoint l'association Lorraine E-Sport, d'abord comme streamer, puis responsable de la communication, et désormais comme président. Honnêtement, c'est une de mes meilleures expériences jusqu'alors. Je n'avais pas une grande expérience de l'associatif, mais jamais projet ne m'a semblé plus enthousiasmant ; LES est en pleine expansion, et je parlerai sans doute ici même de nos projets pour 2016.

Ces derniers temps, j'ai découvert de nombreuses chaînes YouTube parlant de littérature. Cette communauté parlant avec passion et enthousiasme de leur loisir m'a donné envie de les rejoindre, en quelque sorte, en apportant mes expériences de lecture et mes émerveillements, quel que soit le genre littéraire concerné. J'ai donc lancé la chaîne Rhapsodies, qui progresse doucement. Tous les mois, je parle de mes lectures, et j'espère très rapidement vous proposer de nouveaux contenus.

Tout cela pour vous conseiller, que vous vous sentiez bien dans votre vie professionnelle ou non, de consacrer une partie de votre temps à d'autres projets. En cinq ans de métier, je n'avais jamais envisagé de m'accorder du temps pour cela, et c'est sans doute la meilleure décision que j'ai prise en six ans. Ces moments à parler littérature ou gaming sont de vraies bouffées d'air frais, et me permettent, professionnellement, de retrouver motivation et enthousiasme.

Si vous avez vous aussi des projets extra-professionnels, c'est le moment d'en parler, pub gratuite ;-)

Youtubeurs et livres : l'indigestion

Source : page Facebook
de Solange Te Parle
EnjoyPhoenix et son "livre témoignage", Cyprien et sa BD fraîchement sortie, Bruce d'e-penser et sa reprise quasi intégrale des contenus de sa chaîne, Solange qui s'y met aussi, Nota Bene qui annonce un livre pour l'année prochaine, Natoo qui avait sorti un faux magazine assez sympa...

Tous. Ils vont tous s'y mettre. On attend le bundle Joueur du Grenier avec une figurine et le yaourt What The Cut avec un faux pénis dedans. Le pamphlet politique de Mathieu Sommet et le portrait chinois vidéoludique de Squeezie.

Bref, vous avez compris, je trouve ça insupportable. Ce n'est pas une question de principe : les éditeurs ont trouvé un filon pour toucher un public adolescent et jeune adulte, tant mieux pour eux, tant mieux pour lesdits youtubeurs très contents d'imaginer acquérir une légitimité hors de leur public habituel - alors que c'est typiquement lui qui achète leurs bouquins mais passons.

Je n'utiliserai même pas l'argument du succès facile en librairie basé sur un contenu souvent peu intéressant ou redondant ; personne ne peut nier qu'il y a un marché sur ce genre de contenu, c'était les starlettes de la télé-réalité hier, ce sont les youtubeurs aujourd'hui, je n'ai pas de problème avec ça.

Non, le problème, c'est l'effet de masse. Je sature. Pire que la timeline Marvel, on a désormais un bouquin de youtubeur tous les six mois. Encore, quand il s'agit d'un contenu prévu à la base comme étant du cross-média, comme l'excellent Axolot, je peux comprendre. Idem si le youtubeur en question n'a jamais caché son envie d'utiliser sa chaîne comme tremplin pour devenir auteur.

Se diversifier, c'est formidable, et je souhaite tout le succès possible à ces vidéastes que je suis, pour la plupart - pas EnjoyPhoenix, faut pas déconner quand même. Je suis également très content de voir de beaux scores en librairie, notamment avec un public jeune. Mais là, franchement, quel intérêt, hormis le fait d'avoir, comme les responsables politiques, un support pour être invité sur un plateau télé ? Est-ce que c'est finalement ça l'objectif ? La télé exerce-t-elle encore une telle fascination chez eux pour vouloir à tout prix y aller ?